Géorgie du Sud - Nouveautés 2013 (3)

Restauration de l’habitat de la Géorgie du Sud
lundi 23 décembre 2013
par  CEPP
popularité : 10%

Restauration de l’habitat de la Géorgie du Sud

La Géorgie du Sud nous propose une série de six timbres consacrée à la restauration de l’habitat de la Géorgie du Sud par l’éradication des rats et des souris, populations trop envahissantes et menaçantes pour la faunes locale et notamment les oiseaux nichant au sol. Les six timbres présentent les moyens mis en œuvre pour cette restauration et la faune locale, à savoir le navire RRS Ernest Shackleton, des hélicoptères, un rat, le canards pilet et le pipit endémique de Géorgie du Sud qui est le plus menacé d’extinction.

Cette série est émise le 15 décembre 2013. Les valeurs faciales sont de 5 p, 30 p, 65 p, 75 p, 1 £ et 1.20 £.

JPEG - 120.6 ko

La Géorgie du Sud et les îles Sandwich du Sud constituent un sanctuaire spectaculaire de la faune de l’océan Austral. Des milliers de touristes visitent par mer chaque année ces territoires pour profiter de la vue de centaines de milliers de pingouins, de phoques et d’oiseaux de mer dans ce cadre magnifique.

Malheureusement, les oiseaux de mer de la Géorgie du Sud ont été sauvagement appauvris par les rats et les souris envahissantes, introduites par inadvertance par les navires des chasseurs de phoques et de baleines des 19e et 20e siècles. Oiseaux au nid sur le sol ou dans des trous peu profonds, ils étaient sans défense contre les rongeurs, qui les ont décimés en mangeant des œufs et des poussins. Les populations pétrels, canards pilet et prions ont subi le plus de dégâts par ces envahisseurs, et le pipit endémique de Géorgie du Sud est menacé d’extinction.

En 2007, une petite organisation caritative britannique (South Georgia Heritage Trust - SGHT), créée en 2005, a décidé de s’attaquer au problème des rongeurs sur la Géorgie du Sud en tentant d’éliminer les rats et les souris de l’île, en utilisant des techniques éprouvées et testées ailleurs. Il a été estimé que la réussite du projet pourrait permettre le retour de quelques 100 millions d’oiseaux marins sur l’île.

Le directeur du projet, le professeur Tony Martin, a été nommé par SGHT en 2009 pour prendre en charge ce qui serait le plus grand projet d’éradication des rongeurs jamais entrepris dans le monde - environ sept fois plus grand que n’importe quel projet précédent de ce genre. Il a immédiatement organisé une logistique complexe et acquis divers équipements nécessaires (d’abord deux, puis trois, hélicoptères) pour répondre à ce défi.

La Géorgie du Sud possède des caractéristiques rendant possible cette éradication d’une telle échelle. L’île est divisée en zones distinctes séparées par des glaciers larges. Ces barrières naturelles permettent de veiller à ce que les rongeurs ne puissent pas pénétrer les terres qui ont été défrichées, ce qui permet au projet d’être achevé sur un certain nombre d’années. Mais le changement climatique, à l’origine du retrait des glaciers, crée le risque d’ouvrir l’ensemble de l’île à l’invasion les rats. La possibilité de rétablir l’île à son état d’origine comme la maison de l’une des plus grandes concentrations d’oiseaux de mer dans le monde fut ainsi limitée dans le temps, et une action urgente était nécessaire.


Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois