Il y a cent ans, le 14 décembre 1911, Roald Amundsen atteignait le Pôle Sud

mercredi 14 décembre 2011
par  CEPP
popularité : 3%

Il y a tout juste un siècle, se déroulait la course la plus folle et la plus courageuse de l’histoire, celle qui devait mener au pôle Sud géographique. Deux explorateurs célèbres, l’un norvégien, Roald Amundsen et l’autre britannique, Robert Falcon Scott sont en lice. C’est le Norvégien qui sortira vainqueur de cette épreuve, le 14 décembre 1911. Scott et quatre compagnons atteindront également le pôle Sud, le 17 janvier 1912, mais décèderont lors du voyage de retour.

Alors que le but affiché d’Amundsen demeure la conquête du pôle Nord, il apprend, durant ses préparatifs, que l’Américain Frederick Cook l’a atteint, le 21 avril 1909. Quelques jours plus tard, on apprend que c’est finalement Peary qui y arrive le premier, le 6 avril 1909. Même si l’on possède la preuve, aujourd’hui, qu’aucun des deux explorateurs n’a réellement atteint ce point mythique, cette nouvelle ruine les espoirs de Roald Amundsen qui décide alors secrètement de changer d’objectif et de se rendre en Antarctique pour tenter la conquête du second pôle encore vierge de la planète. Il quitte le port de Christiania dans la nuit du 6 au 7 juin 1910 à bord du FRAM sans annoncer sa vraie destination et gagne Kristiansand pour y embarquer 97 chiens d’où il appareille définitivement le 9 août, pour la baie des Baleines en Antarctique. Il n’informe l’ensemble de l’équipage de leur nouvelle destination que le 6 septembre, lors de l’escale de Madère. Il atteint sa destination, le 14 janvier 1911.

Quelques timbres commémoratifs relatifs à Roald Amundsen
Norvège 1961 Norvège 2011 Hongrie 1987
JPEG - 31.6 ko
JPEG - 22.8 ko
JPEG - 42.3 ko

Amundsen décide de dresser son lieu d’hivernage sur la plate-forme de Ross qui est baptisé Framheim. Alors que le FRAM, sous le commandement de Thorvald Nilsen appareille, le 10 février 1911, pour une campagne océanographique polaire de plusieurs mois, à l’issue de laquelle, il reviendra chercher l’équipe restée à terre, huit hommes restent hiverner à Framheim en compagnie de Roald Amundsen.

La vie s’organise à Framheim. Pendant qu’une équipe dirigée par Oscar Wisting continue à rassembler les vivres et le matériel autour de Framheim, une autre, en compagnie d’Amundsen, débute les raids de reconnaissance dans le but d’établir les dépôts de vivres qui seront nécessaires tout au long de la route du pôle.

Entiers postaux commémoratifs
Russie 1979 Hongrie 1986
JPEG - 52.3 ko
JPEG - 45.7 ko

Trois dépôts de vivres sont effectués. Le premier, le 14 février à 80° de latitude Sud, le deuxième, le 27 février à 81°, et le dernier, le 8 mars à la latitude de 82° (un degré en latitude représente 111 km). La progression des expéditions devient de plus en plus difficile au milieu des crevasses et le retour de la troisième expédition rencontre des températures allant jusqu’à - 40°.

Le 19 octobre le départ est donné à l’expédition finale qui conduira quelques hommes au pôle Sud. Amundsen quitte Framheim avec quatre compagnons : Helmer Hanssen, Oscar Wisting, Svere Hassel et Olav Bjaaland, équipés chacun d’un traîneau tiré par treize chiens et portant 400 kg de vivres et de matériel. Amundsen, lui, glisse sur ses skis. De son côté, Presterud doit partir avec Stubberud et Johanssen pour une expédition de reconnaissance sur la terre du roi Edouard VII. Le cuisinier Adolf Lindström reste à la base.

Durant les premières étapes, le petit groupe d’Amundsen progresse difficilement. Les tempêtes sont terribles. Le troisième jour, Bjaaland et son attelage tombent dans une crevasse, mais toute l’équipe s’en sort. Puis c’est au tour de Wisting qui subit le même sort. Au milieu de tous ces dangers, Amundsen décide d’un arrêt qui permet à l’équipage et aux chiens de se reposer. Le convoi repart le 25 octobre. Les attelages rencontrent des conditions de surface très variables qui rendent la progression difficile. Tous les quinze kilomètres, un cairn de deux mètres de haut est construit dans lequel est laissé une fiche avec un numéro. Au total, 150 cairns seront construits pour baliser la route du retour.

Quelques timbres commémoratifs relatifs à Robert Falcon Scott
Terre de Ross 1995 Territoire antarctique britanique 1987 Territoire antarctique britanique 1987
JPEG - 51 ko
JPEG - 54.1 ko
JPEG - 52.8 ko

Le 4 novembre, l’expédition atteint le troisième dépôt de la latitude 82° sud. C’est la limite de la zone explorée durant les expéditions de reconnaissance. Un jour de repos et le voyage reprend le 6 novembre. Amundsen décide de faire des étapes de 37 km par jours, ce qui correspond à une progression de un degré tous les trois jours. Le 10 novembre, la chaîne de montagne transantarctique est en vue. Le 12 novembre, l’expédition atteint la latitude de 84°. Le glacier s’élève de plus en plus et l’ascension de la chaîne de montagne via les
Glaciers commence. Le 20 novembre, il atteignent l’altitude de 3180 mètres au niveau du plateau antarctique. Ce camp est appelé « le camp de la boucherie » car il faut exécuter 24 chiens sur les 42 pour nourrir ceux, épargnés, qui poursuivent vers le sud en ne tirant plus que 3 traîneaux. Le vent se lève et la température descend à – 30°. Amundsen décide d’attendre mais repart le 25 novembre en pleine tempête. Les conditions, sur le plateau antarctique sont terribles, et il faut attendre le 4 décembre pour trouver des conditions meilleures. Le 8 décembre, la latitude de 88° sud est atteinte. Enfin, rapidement celle de 88° 23’, latitude extrême atteinte par Shackleton deux ans plus tôt, est dépassée. Le soleil est maintenant de la partie. Le 14 décembre 1911, à 15 h, Amundsen estime avoir atteint le pôle Sud. Après vérification de sa position, il estime qu’ils sont en fait à 89° 56’ sud, et le 15 décembre, pour être certain d’avoir atteint ce point mythique, il fait baliser un cercle de 20 km de diamètre autour du pôle supposé.

JPEG - 53.8 ko

Timbre de Nouvelle-Zélande surchargé VICTORIA LAND émis à l’occasion de l’expédition anglaise. Paire avec variété (le point est manquant après LAND, sur le timbre de gauche)

Une tente noire nommée Poleheim est montée le 17 décembre au point le plus probable. Sur un mât de 4 mètres flotte le drapeau norvégien et le fanion du FRAM. Une lettre à l’attention du roi Haakon VII est déposée par Amundsen à l’intérieur de la tente, ainsi que quelques mots pour Scott qui devrait être le prochain visiteur de ces lieux.

JPEG - 83.3 ko

Scott et ses compagnons prenant un repas sous leur tente (carte postale).

Olav Bjaaland, skieur émérite prend la tête du convoi de retour composé de seulement 2 attelages. Il faudra seulement 39 jours à l’expédition pour rejoindre Framheim, ce qui représente un réel exploit sportif pour couvrir une telle distance de plus de 1300 km dans des conditions aussi difficiles.

Pendant ce temps, Scott et ses compagnons allaient atteindre, à pied, le pôle Sud, le 17 janvier 1912, un mois après Amundsen, pour y découvrir la tente laissée par ce dernier. Un terrible moment pour eux de constater qu’ils venaient d’être battus dans cette course au Pôle alors qu’ils y parvenaient à pied, en tirant eux-mêmes leur traîneaux car ils avaient fait le choix d’une part d’engins mécaniques qui tombèrent en panne rapidement et d’autre part de poneys de Sibérie inadaptés à l’Antarctique. Ils allaient mourir, lors de leur retour, à quelques kilomètres d’un dépôt de vivre, proches du but, épuisés.

JPEG - 80 ko

Flamme commémorant Roald Amundsen à la date du 14 décembre 1928. Pli recommandé.

L’histoire retiendra que le grand vainqueur de cette terrible compétition reste Amundsen. Mais comment commémorer ces héros sans associer ceux qui donnèrent leur vie pour écrire l’une des plus belles pages de l’histoire polaire.


Auteur de l’article : Gilles Troispoux


Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois