La conquête du Pôle nord

Robert Edwin Peary
vendredi 17 juin 2011
par  CEPP
popularité : 6%

JPEG - 36.5 ko

- Date de publication : 06/05/2011
- Éditeur : Futur Luxe Nocturne
- ISBN : 978-2-362-48008-9
- Nombre de pages : 322
- Poids : 430 g
- Dimensions : 15 cm x 21 cm
- Prix : 23 euros

Après les mémoires de Roald Amundsen, les éditions FUTUR LUXE NOCTURNE nous offrent, dans la même collection, celles de Robert Edwin Peary qui nous conte sa conquête du pôle Nord, même si l’on sait aujourd’hui qu’il ne l’a jamais atteint. Il nous reste à espérer que cet éditeur nous offrira encore de nombreuses ré-éditions de textes anciens et devenus introuvables sur la conquête des pôles !

Le présent ouvrage est le récit de sa huitième et dernière expédition pour tenter de conquérir le pôle Nord. Le 22 février 1909, Peary lançait 133 chiens, 19 traîneaux et 24 hommes sur la banquise. Sa seule hantise : qu’un chenal d’eau libre lui interdise l’accès du Pôle, ou pire, lui coupe à tout jamais sa retraite. Organisée avec une rigueur quasi militaire selon la méthode des escouades en relais, l’expédition atteignit en 39 jours 88°N.

Le 4 avril, le 89ème parallèle était franchi. Deux jours plus tard, Peary notait dans son journal : « 6 avril 1909, relevé 89°57’N, le Pôle enfin ! ».

Après avoir réservé un accueil triomphal à l’explorateur, l’Amérique devait être divisée par une violente polémique touchant à la réalité de sa victoire. Que Peary ait atteint ou non 90°N, une chose est sûre : son expédition de 1909 constitue l’un des plus fabuleux exploits de toute l’histoire des explorations.

Robert Edwin PEARY, explorateur américain, ingénieur civil de l’US Navy (1856-1920). Fasciné par les récits de voyages de Nordenskjöld, il organise, en 1886, une première expédition sur l’inlandsis groenlandais. En 1891 et 1894, en deux campagnes d’une audace inouïe, il explore les confins septentrionaux de la « Terre Verte » (dont il prouve l’insularité), avant de se consacrer à partir de 1898 à la conquête du Pôle, avec l’appui financier des mécènes du « Peary Arctic Club », et l’aide des Esquimaux auxquels il emprunte leurs techniques de survie. Chacune de ces cinq dernières expéditions devait le rapprocher de son but. Sur décision extraordinaire du Congrès, il fut nommé contre-amiral à son retour de l’Arctique.

Quatrième de couverture

" On m’a souvent demandé quand je conçus pour la première fois l’idée de tenter d’atteindre le pôle Nord. Il est difficile de répondre à cette question ; je ne saurais pointer un jour ou un mois en disant : c’est alors que cette idée me vint pour la première fois.

Mon désir de parvenir au pôle Nord grandit en moi, à mon insu, sous l’influence de mes premiers travaux. J’ai commencé à m’intéresser aux choses arctiques vers 1885, lorsque mon imagination de jeune homme s’enthousiasma au récit des explorations du Groenland intérieur par Nordenskjöld. Ces études prirent pleine possession de mon esprit et m’amenèrent à entre-prendre tout seul, dans l’année qui suivit, un voyage d’été dans ce continent. Peut-être déjà alors montait il en quelque recoin de mon inconscient, comme un pâle et graduel lever d’aurore, l’espoir qu’un jour j’atteindrais le pôle lui-même. Quoi qu’il en fit, le mirage du Nord. la "fièvre arctique". comme on l’a appelé, s’infiltra dès lors dans mes veines et je compris que mon destin voulait que la raison et le but de ma vie fussent l’éclaircissement du mystère des solitudes glacées de Septentrion ".


Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois